Remontons le temps à Bastia

Publié le CorseCoups de coeurFrancePartenariats

Bon, avant de clore notre chapitre sur la Corse avec notre guide pratique Corse, on a souhaité te faire découvrir un peu l’Histoire, les coutumes et la culture Corses. Parce qu’un voyage, ce n’est pas juste de beaux paysages. Il peut aussi être une rencontre, avec autrui, avec une culture. Et c’est lors d’une passionnante visite de Bastia, avec notre guide Sylvie, que nous avons pu approcher ici et là un peu du patrimoine Corse. Souvent surprenante, la plupart du temps loin des clichés habituels, suis-nous à travers les âges et les rues de Bastia.

Vue panoramique du port - Bastia, CorseCoucher de soleil sur le port - Bastia, CorseVue sur la baie et le port - Bastia, Corse

Pascal Paoli, un personnage important

Commençons par le commencement, et avec l’un des hommes les plus emblématiques de la Corse : Pascal Paoli. Après avoir pris la tête de l’insurrection Corse contre la république de Gênes, il modernisa la Corse. Ainsi, il accorda le droit de vote aux femmes dans la nouvelle constitution de la nation Corse en 1755 et interdit la vendetta. Oui tu as bien lu, les femmes Corses ont eu le droit de vote en 1755, soit 200 ans avant notre métropole. De quoi faire réfléchir à deux fois les plus progressistes ! C’est grâce à ce genre d’action que nombre de philosophes et écrivains des Lumières, dont Voltaire pour ne citer que lui, décriront la Corse comme le premier Etat démocratique d’Europe, rien que ça! Je ne te ferai pas l’affront de continuer la galerie de personnages avec Napoléon, qu’on ne présente plus, un autre progressiste Corse à qui nous devons entre autre le Code Civil. Véritable symbole de la fierté corse, une statue le représentant en dieu grec trône toujours fièrement sur la place Saint-Nicolas à Bastia.

Statue de Napoléon en Dieu Grec - Bastia, Corse

La place Saint Nicolas

Et nous voici donc sur cette magnifique place Saint Nicolas, face à la mer, véritable épicentre de la vie bastiaise. Les rires d’enfants qui jouent se mêlent aux récits nostalgiques des anciens. De jeunes hommes aux regards pétillants s’installent en terrasse et, entre deux maganes, élisent celle qui sera la plus belle bastiaise aujourd’hui. Tu l’auras compris, la place Saint-Nicolas, qui se trouve être l’une des plus grandes de France, est un lieu incontournable de Bastia dans la plus pure tradition méditerranéenne. Mais elle est aussi un lieu d’Histoire. Elle doit son nom à une ancienne chapelle dédiée à Saint Nicolas. Celle-ci n’existe plus, et lors de la construction de l’immeuble Pantozzi qui l’a remplacée, les ouvriers ont été pris de sérieux doutes. En effet ils avaient rasé un lieu saint ainsi que des sépultures et pensaient que le malheur s’abattrait sur eux. Malheureusement en février 1884, l’immeuble en construction s’écroula sur ces ouvriers causant 80 morts. C’est ainsi que pendant 40 ans, dans la construction, on ne travailla plus en ce jour de février, pensant que cette date était maudite.

Petit havre de paix - Bastia, Corse En route pour l'oratoire Sainte Croix - Bastia, Corse

Tout un symbole

Il faut comprendre que la Corse est aussi une culture meurtrie, combative dans la douleur. En plus de la statue de Napoléon en dieu grec (simplicité quand tu nous tiens…) tu pourras également découvrir sur cette place Saint Nicolas la statue d’une mère et son fils. Symbole poignant du sacrifice et de la détermination corses lors des guerres du 18ème siècle, elle représente une mère regardant l’horizon, tenant son dernier fils d’une main et l’offrant à la patrie de l’autre. Ce symbole a été repris plus récemment afin de commémorer les lourdes pertes qu’a connu l’île lors des deux grandes guerres. En effet, si la Corse fut le premier département français libéré durant la 2ème Guerre Mondiale, elle n’en fût pas moins ravagée, ce qui a causé une rupture démographique. Pour te donner une idée, bien que déjà peu dense, on comptait dans les années 50 une population deux fois moins importante sur l’île que de nos jours.

Symbole du sacrifice sur la place St Nicolas - Bastia, Corse Symbole du sacrifice sur la place St Nicolas - Bastia, Corse

Les voix de l’âme Corse

Après ce petit cours d’histoire, il est temps de quitter la place Saint Nicolas en direction de l’oratoire de Sainte Croix pour une petite surprise… Nous passons alors devant le port de Bastia, faisant un petit écart par la magnifique église Saint Jean-Baptiste.

Façade Eglise Saint Jean Baptiste - Bastia, CorseAura divine église Saint Jean Baptiste - Bastia, Corse Plafond de l'église St Jean Baptiste - Bastia, Corse

Puis de petites rues en petites rues, nous voici devant l’oratoire Sainte Croix. Unique chapelle roccoco de France, c’est ici que venaient résonner les plus belles voix corses. Nous sommes d’abord éblouis par le lieu. Partout où nos yeux se posent, on découvre de nouvelles merveilles architecturales, entre moulures, dorures et voûtes finement sculptées. Le bâtiment joue littéralement avec la lumière naturelle du soleil, laissant apparaître ici et là comme une aura divine. Captivés par tant de trésors, nous ne remarquons même pas que nos hôtes ont fait place nette dans l’oratoire. La porte d’entrée se referme et trois hommes (membre du groupe L’Attrachju) prennent place devant l’autel. Nous découvrons alors que nos hôtes ont privatisé l’endroit afin que nous puissions profiter d’un concert de chants polyphoniques corses dans des conditions incroyables. Nous prenons alors place aux premiers rangs et un silence religieux s’installe immédiatement. Silence rapidement brisé par les premières notes qui s’élèvent, utilisant l’acoustique particulière de la salle pour nous frapper en plein coeur.

  Chanteurs polyphoniques L'Attrachju 01 - Eglise Ste Croix, CorseJeu de lumière dans l'oratoire Ste Croix - Bastia, Corse

Et c’est ainsi qu’au fur et à mesure des chants polyphoniques, les reniflements se firent de plus en plus présents dans l’assemblée. Allant même jusqu’à pousser certains aux sanglots mais dans un soucis de discrétion nous tairons les noms… Ou plutôt dans un soucis de se couvrir soi-même! Allez je l’avoue, je ne me rappelle pas avoir pleuré ainsi depuis ma plus tendre enfance. Parmi les chants polyphoniques, nous avons eu l’occasion d’entendre l’hymne Corse qui se trouve être une louange de la vierge Marie, protectrice de l’île, ainsi qu’un requiem d’une tristesse et d’une mélancolie infinie. Et comme parfois les mots sont insuffisants, nous te proposons de te faire ta propre idée avec ce petit enregistrement qu’on a fait spécialement pour toi !

Cet article a été écrit dans le cadre d’un partenariat avec Corsica Ferries. Cependant, toutes les opinions exprimées ici nous sont propres.

Ne rate rien!

Reçois nouveautés, infos et contenus exclusifs chaque mois ! Gratuit et sans spam!

Posted by Nath et Séb

Blogueurs voyageurs passionnés, nous arpentons le monde à la recherche de ses plus beaux joyaux. Culture, gastronomie, paysages et rencontres, autant de choses que tu retrouveras ici, et peut être même bien plus encore...

Commentaires (2)
  1. LadyMilonguera 23 juillet 2015 at 17 h 39 min

    Très intéressant ce billet… Nécessaire pour mieux appréhender la Corse.

Un petit commentaire?

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.